Subscribe:

Labels

Divers ( 189 ) Ecouter ( 6596 ) Lire ( 64 ) Surf ( 509 ) Vivre ( 103 ) Voir ( 102 ) Wango Tango by Zégut ( 96 )

mercredi 31 janvier 2007

La Police est de retour



Plus de vingt ans après leur dernière tournée et trente ans après la sortie de « Fall out », leur premier single, les trois membres de The Police (Andy Summers, guitariste, Steward Copeland, batteur, et Sting, bassiste et chanteur) ont officiellement annoncé aujourd’hui la reformation du groupe pour une nouvelle série de concerts à travers le monde, à partir de cet été, dont les dates sont encore inconnues, mais qui passera par la France.

Leur première apparition publique est confirmée pour l’ouverture de la 49ème cérémonie des Grammy Awards, qui se déroulera au Staples Center de Los Angeles (Etats-Unis d’Amérique) le dimanche 11 février prochain, où ils joueront en live. Le groupe est d’ailleurs actuellement en répétitions dans la salle du Lions Gate Studio à Vancouver (Canada) afin de préparer cet événement.

mardi 30 janvier 2007

Scandale mélancolique en détails



Voici les titres qui composeront le double CD et le DVD du « scandale mélancolique tour – live au Zénith Paris 2006 » d’Hubert-Félix Thiéfaine, disponibles dès le lundi 26 février prochain :

Cabaret Sainte Lilith
When Maurice meets Alice
Soleil cherche futur
Autoroutes jeudi d’automne*
Confessions d’un never been
Quand la banlieue descendra sur la ville*
Comme un chien dans un cimetière*
Sweet amanite phalloïde queen
Scandale mélancolique
Psychanalyse du singe
Le jeu de la folie*
Bipède à station verticale
Rock autopsie
Télégramme 2003
1ère descente aux enfers par la face nord
Lorelei Sébasto Cha
Les dingues et les paumés
L’étranger dans la glace
Mathématiques souterraines
Gynécées
La fille du coupeur de joints
Alligator 427
Narcisse 81

A noter qu’une édition collector du DVD sera disponible en tirage limité ; elle se différenciera du pressage standard par la présence d’un livre relié de 60 pages comprenant des notes et des photos de la tournée.

(*titre figurant uniquement sur le double CD)

lundi 29 janvier 2007

Tout y passera !



Vous avez certainement toutes et tous dans votre cuisine un blender (ou un mélangeur in french !) avec lequel vous préparez vos pâtes à crêpes, à gâteaux, soupes, compotes, purées, sorbets, milk-shake, smoothies et autre glace pilée.

Mais avez-vous un blender vous permettant de broyer des cartes bancaires, manches de balai, boites métalliques, balles de golf, stylos, bouteilles, huîtres, ampoules, clubs de golf ou même un iPod ? Comment ça, vous ne possédez pas un tel appareil pourtant si utile chez vous ?

Alors, dépêchez-vous de le commander ! Evidemment, ce blender est de conception américaine (étonnant, non ?) et c’est Tom Dickson qui vous le présentera en cliquant sur ce lien :

http://www.willitblend.com/

Choisissez ensuite « try this at home » ou « don’t try this at home » selon votre degré de perversité : les deux rubriques valent le détour. Attention : ces vidéos pourraient vous donner des idées… ! ;-)

dimanche 28 janvier 2007

Molière


« Les précieuses ridicules », « Sganarelle ou le Cocu imaginaire », « L’école des femmes », « L’avare », « Tartuffe », « Dom Juan », « Le misanthrope », « Le Bourgeois gentilhomme », « Les fourberies de Scapin », « Le malade imaginaire », cela vous dit quelque chose ?

Autant de pièces de théâtre signées Jean-Baptiste Poquelin, plus connu sous le nom de Molière (1622-1673), le plus joué des auteurs français qui, pour la première fois, a permis à la grandeur comique d’atteindre la dimension tragique et dont les personnages, devenus des archétypes, s’élèvent à l’universel.

Molière, tout le monde l’aime et le connaît, mais en garde malheureusement souvent des souvenirs assez vagues, lointaines réminiscences de ses années lycée. Car il est plutôt rare qu’on relise ses pièces lorsqu’on est adulte ; pourtant je ne peux que vous y encourager tant il est formidable de prendre alors conscience de toute la richesse de ses textes par lesquels il n’a cessé d’épingler avec vérité les travers de la société dans laquelle il vécut. Et si vous n’avez pas conservé d’éditions de ses pièces étudiées durant votre adolescence, vous pouvez retrouver l’intégralité de son œuvre à cette adresse :

http://www.site-moliere.com/

Si je vous parle aujourd’hui de Molière, c’est qu’un film homonyme sera à l’affiche ce mercredi 31 janvier dans les salles obscures. Réalisé par Laurent Tirard, (avec, entre autres, Romain Duris incarnant Molière, Fabrice Luchini dans le rôle de Jourdain, Edouard Baer dans celui de Dorante, Laura Morante jouant Elmire et Ludivine Sagnier en Célimène), ce film, orchestrant la rencontre entre Molière et son œuvre, imagine les quelques mois qui s’écoulèrent entre le bref séjour de Molière derrière les barreaux du Châtelet en 1644, suite à la faillite de sa troupe L’Illustre Théâtre, et son départ pour une longue tournée en province qui allait durer onze ans. Une période qui correspond au moment où Molière tire un trait sur son destin de dramaturge pour devenir l’auteur, acteur et metteur en scène de comédies impitoyables inspirées par ses contemporains.

Même s’il est très documenté, ce film d’époque n’est donc pas une thèse sur Molière, mais une comédie mêlant éléments biographiques et références à son œuvre littéraire pour raconter avec humour et légèreté une période précise de sa vie, celle du début de sa célébrité et de ses premiers succès populaires.

Pour visionner la bande-annonce, allez faire un tour sur le site officiel du film :

http://www.moliere-lefilm.com/

Et pour encore plus d’infos, cliquez ici :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=109959.html

Un film qui s’annonce pétillant et qui donne vraiment envie d’aller le voir. Parce que Molière est toujours aussi moderne, critique et volontiers subversif.

jeudi 25 janvier 2007

C'est du lourd ! (dernière chance)



Si vous avez manqué il y a quelques jours le numéro de TARATATA avec Deep Purple, Motörhead et Hubert-félix Thiéfaine, la dernière séance de rattrapage c’est ce vendredi soir vers 23h30 sur France 2.

Avec également au programme de ce 205ème numéro : Tryo, Didier Wampas, Tété, Peter Von Poehl, Superbus, Daniel Darc, Moby, Gnarls Barkley, Sinclair, Naturally 7, Saïan Supa Crew, Pierre Guimard, Cassius, Mademoiselle K et Kasabian.

Affaire Rimbaud





Cliquez sur l’image pour l’agrandir. De l’album « Les chansons illustrées d’HF THIEFAINE » (voir article « Thiéfaine en BD »).

La jambe de Rimbaud
De retour à Marseille
Comme un affreux cargo
Chargé d'étrons vermeils
Dérive en immondices
A travers les égouts
La beauté fut assise
Un soir sur ce genou
Horreur Harar Arthur
Et tu l'as injuriée
Horreur Harar Arthur
Tu l'as trouvée amère, la beauté ?
Une saison en enfer
Foudroie l'Abyssinie
O sorcière ô misère
O haine ô guerre voici
Le temps des assassins
Que tu sponsorisas
En livrant tous ces flingues
Au royaume de Choa
Horreur Harar Arthur
O Bentley ô châteaux
Horreur Harar Arthur
Quelle âme, Arthur, est sans défaut ?
Les poètes aujourd'hui
Ont la farce plus tranquille
Quand ils chantent au profit
Des derniers Danâkil
Juste une affaire d'honneur
Mouillée de quelques larmes
C'est quand même un des leurs
Qui fournissait les armes
Horreur Harar Arthur
T'es vraiment d'outre-tombe
Horreur Harar Arthur
Et pas de commission
Horreur Harar Arthur
Et pas de cresson bleu
Horreur Harar Arthur
Où la lumière pleut


Paroles : Hubert-Félix Thiéfaine
Musique : Hubert-Félix Thiéfaine et Claude Mairet
Chanson disponible sur l’album « Météo für nada » (1986)

Narcisse 81



Cliquez sur l’image pour l’agrandir. De l’album « Les chansons illustrées d’HF THIEFAINE » (voir article « Thiéfaine en BD »).

Il pleut des nénuphars en face
Des miroirs où glissait ton corps
Mais tout s'efface laissant la place
A ce larsen qui te distord
Tu glisses ta carte perforée
Dans ce flipper où tu t'enfuis
Et tu fais semblant de rocker
Pour faire croire que tu es en vie
Narcisse, balise ta piste
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta p'tite soeur qui s'tape ton fixe

Tu t'en retournes à tes banlieues
Dans ce couloir où tu te grimes
Te maquillant le bout des yeux
D'un nouveau regard anonyme
Le futur te sniffe à rebours
Te plantant sur un look rétro
Te reste-t-il assez d'amour
Pour prendre ton dernier mélo
Narcisse, balise ta piste
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta p'tite soeur qui s'tape ton fixe

Les chiens t'attendent au bout du quai
Avec des plumes et du goudron
Ils vendent des orgasmes en sachets
Mais font la gerbe en location
Tu pensais franchir le miroir
Sans avoir à changer de gueule
Tu craches le sang dans ta baignoire
Et tu t'essuies dans un linceul

La nuit te glace au fond d'un train
Où tu croyais trouver l'oubli
Voyageur des petits matins
Tu rentres de tes insomnies
Tu rayes les mentions inutiles
Au bas de ton carnet d'absence
Et tu t'accroches au bout du fil
Qui te ramène à ton silence
Narcisse, balise ta piste
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta p'tite soeur qui s'tape ton fixe


Paroles : Hubert-Félix Thiéfaine
Musique : Claude Mairet
Chanson disponible sur l’album « Dernières balises avant mutation » (1981)

mercredi 24 janvier 2007

Thiéfaine en BD



Aujourd’hui est sortie, aux éditions Soleil, une bande dessinée qui met en image une sélection de chansons d’Hubert-Félix Thiéfaine. Pour les rares personnes qui ne le connaîtraient pas encore, voici une bien belle et très originale idée permettant de découvrir différemment le plus grand chanteur-poète français actuel. Egalement indispensable pour tous ses fans (dont je fais partie, est-il utile de vous le préciser ?).

Voici le mot de l’éditeur figurant en quatrième de couverture de cette B.D. :

Jusqu’à son dernier album, « Scandale Mélancolique », Hubert-Félix Thiéfaine comptait des dizaines de milliers de fans, remplissait les salles, empilait les disques d’or, mais restait le grand absent des médias. Un malentendu désormais effacé puisque radios et télé lui donnent aujourd’hui une visibilité correspondant à son public réel. Chanteur-poète écorché vif, évoluant toujours aux marges du langage, son inspiration évolue sur les traces de Rimbaud, Baudelaire ou Lautréamont. Son humour truculent, son goût pour le non-sens, son cynisme teinté de désespoir, c’est tout l’univers déjanté et attachant d’Hubert-Félix qu’ont voulu célébrer vingt-cinq auteurs de bande dessinée. Ce collectif a été conçu et coordonné par Christophe Arleston, depuis toujours sous l’emprise des ambiances charmeuses et décadentes d’Hubert-Félix.


Et n’oubliez pas la sortie des CD et DVD « Scandale mélancolique tour – Live au Zénith Paris 2006 » le 26 février prochain.

mardi 23 janvier 2007

Terminées les mauvaises odeurs !



Si je vous dis que c’est une invention américaine, cela vous étonnera sans doute un peu moins. Grâce à elle, la couche d’ozone sera enfin protégée et probablement même sauvée. Tous les terriens vont enfin pouvoir respirer un air pur et sain. Et cela pour moins de 30 dollars !

Cette invention révolutionnaire, c’est le caleçon anti-odeurs de flatuosités. En clair, fini les odeurs gênantes des gaz s’échappant –avec ou sans bruit– de l’anus !!! Sus aux pets malodorants !

Comment cela est-ce possible ? Tout simplement grâce à un filtre se positionnant dans un élégant –sexy ??!!! – caleçon étanche et lavable en machine, existant en modèles homme, femme ou unisexe. Ce filtre –remplaçable s’il vous plaît !– a une durée de vie variant de plusieurs semaines à plusieurs mois, selon la fréquence et « l’intensité odorante » des gaz.

Alors ? Ai-je exagéré en qualifiant ce sous-vêtement de révolutionnaire ? ;-)

Pour plus d’informations sur ce caleçon qui fera date dans l’histoire de la mode et de l’écologie, ainsi que, bien sûr, pour le commander, cliquez sur ce lien :

http://www.under-tec.com/index.php

lundi 22 janvier 2007

Ange : immortel



La semaine prochaine, précisément le 31 janvier, Ange, le plus ancien groupe de rock français en activité, fêtera ses 37 ans d’existence… Dans la plus grande indifférence médiatique. Mais ce n’est pas nouveau, cela a quasiment toujours été ainsi depuis sa naissance à Belfort en 1970.

Malgré cette indifférence n’ayant nullement empêché la vente de plusieurs millions de galettes sonores, Ange reste plus que jamais présent sur la scène rock hexagonale, périphérique et outre-atlantique, et continue à séduire et déplacer les foules. Après tout, quoi de plus logique puisqu’un ange ne meurt pas, non ?

Ange, c’est du rock inventif, mélodique, littéraire, poétique, inclassable, intemporel, qui n’a cessé de se renouveler et d’innover, ou lorsque la force de la musique se mêle à la puissance des mots. Ange, c’est une vingtaine d’albums studio paru à ce jour, le dernier, « ? » -à chaque possesseur d’y inscrire le titre de son choix- étant sorti en 2005. Sur scène, cela donne un rock mis en scène telle une pièce de théâtre qui, la durée d’un concert, vous plonge dans un univers tracé d’histoires.

Si le line-up du groupe a souvent changé, son chanteur et leader charismatique -angélique ?- est toujours le même : Christian Décamps, la soixantaine tout juste entamée, est toujours vaillant et, comme un grand cru, tout le tanin dans la gorge, vieillit en se bonifiant.




Site officiel du groupe :
http://www.xave.com/users/angeweb/index05.htm

Site du fan-club officiel d’Ange :
http://www.updlm.com/

mercredi 17 janvier 2007

Le nécrophile (2/2)



12 octobre 19…

Les cils gris de cette petite fille jettent une ombre grise sur sa joue. Elle a le sourire ironique et rusé de ceux qui en savent long. Deux boucles défrisées encadrent son visage, descendent jusqu’aux festons de la chemise relevées sous les aisselles et qui dévoile un ventre du même blanc bleuté qu’on voit à certaines porcelaines de Chine. Le mont de vénus, très plat, très lisse, luit légèrement sous la lumière de la lampe ; on dirait qu’un film de sueur le recouvre.

J’ai écarté les cuisses pour contempler la vulve mince comme une cicatrice, aux lèvres transparentes d’un mauve pale. Mais il me faudra attendre encore quelques heures car, pour l’instant, tout le corps est encore un peu rigide, un peu crispé, jusqu’à ce que la chaleur de la chambre l’amollisse comme une cire. J’attendrai donc. Cette petite fille en vaut la peine. C’est vraiment une très belle morte.

(extrait de « Le nécrophile » de Gabrielle Wittkop, disponible aux Editions Verticales et aux Editions La Musardine)

mardi 16 janvier 2007

Le nécrophile (1/2)



C’est en 1972 (tiens ! L’année de ma naissance !) qu’est paru dans « La bibliothèque noire » de Régine Desforges cet étrange petit livre : « Le nécrophile », signé par une inconnue, Gabrielle Wittkop (1920-2002), qui est l’auteur d’une littérature plutôt dérangeante, assez gothique, souvent macabre, toujours noire, volontiers au-delà de toute morale ; elle a choisit la mort à l’âge de 82 ans et s’inscrit dans la lignée de Baudelaire, Lautréamont, Edgar Poe et Sade.

« Le nécrophile » se présente sous la forme d’un journal intime d’un antiquaire parisien, Lucien N., amateur de netsuke japonais, ces statuettes burlesques mettant en scène de vigoureux ébats avec des morts, et de chairs en décomposition. Ce collectionneur de cadavres fraîchement déterrés distille l’histoire secrète des ses amours nécrophiles : hommes, femmes, enfants, chaque trépassé est l’objet d’une minutieuse ferveur érotique.

Ce livre, unique en son genre, n’est après tout qu’une succession d’histoires d’amours –mortes ! –, une ode à la beauté glacée des sexes froids et aux charmes putrescents des corps couleur de cire à l’étrange odeur de bombyx, admirablement desservies par une écriture feutrée, froidement baroque et sensuelle, sans complaisance, débarrassée de toute tentation morale.

Si vous ne le connaissez pas, osez lire ce court livre, sans doute choquant, mais au style éminemment brillant. C’est aussi cela la littérature.

Disponible en format broché aux Editions Verticales, et en format poche aux Editions La Musardine (attention : tirages souvent épuisés, mais très régulièrement réédités).

samedi 13 janvier 2007

Jérémy Florès


Enjoy !

Jérémy Florès : futur Kelly Slater ?



PHOTO : ©QUIKSILVER.COM

Nom : Florès
Prénom : Jérémy
Surnom : Jezza
Date de naissance : 27 avril 1988
Lieu de naissance : Île de la Réunion (France)
Palmarès : champion de France et d’Europe minime en 2000, vainqueur du Quiksilver Grommets Trophy en 2000 et 2002, champion d’Europe cadet en 2002, champion d’Europe pro junior en 2005, champion du monde par équipe junior en 2005, champion du monde WQS* en 2006

Et si Jérémy Florès était le futur Kelly Slater ? Vainqueur du WQS* 2006 (après seulement deux ans de participation à ce circuit), il devient à dix-huit ans le plus jeune surfeur de tous les temps à intégrer le WCT pour ses débuts le mois prochain. C’est aussi la première fois qu’un surfeur français et européen a fini numéro un mondial du circuit WQS*. Après Eric Rebière et Mikael Picon, Jérémy Florès est le troisième français à se qualifier et à accéder au dream tour, aux côtés des quarante-quatre de l’élite internationale du surf professionnel. Son objectif pour 2007 : se maintenir dans le circuit WCT.

Première étape du WCT 2007 : le Quiksilver Pro, du 27 février au 11 mars sur la Gold Coast en Australie.




(*World Qualifying Series : circuit de qualification du championnat du monde de surf, composé d’une cinquantaine d’épreuves mondiales, permettant d’atteindre le WCT. Chaque année, à l’issue du classement final, les quinze premiers surfeurs du circuit WQS obtiennent leur place au sein de l’élite du surf mondial, rétrogradant ainsi les quinze surfeurs aux dernières places du WCT sur le WQS)

jeudi 11 janvier 2007

C'est du lourd !



C’est à un TARATATA de légende(s) que nous convie Nagui et son équipe ce vendredi 12 janvier 2007 à 20h50 sur France 4 pour le 202ème numéro de son émission ! Va y avoir du bruit !

Au programme :

DEEP PURPLE
- Smoke on the water
- Rapture of the deep

HUBERT-FÉLIX THIÉFAINE, TRYO ET DIDIER WAMPAS
- La fille du coupeur de joints

MADEMOISELLE K
- Ca me vexe

MOTÖRHEAD
- One night sand
- Ace of spades

Si vous n’êtes pas en zone de couverture T.N.T., il vous faudra patienter jusqu’au vendredi 26 janvier prochain (tard le soir…) pour la diffusion sur France 2.

Plus d’infos sur le site officiel de TARATATA :
http://www.taratata.net/

mercredi 10 janvier 2007

Scandale mélancolique & retard


Initialement prévue début février, la sortie des CD et DVD Scandale mélancolique tour - Live au Zénith Paris 2006 d'Hubert-Félix Thiéfaine est repoussée au lundi 26 février 2007. Encore un peu de patience...

mardi 9 janvier 2007

Devenez poète en 1 minute !


Vous ne vous sentez pas l’âme d’un poète, mais appréciez la poésie et aimeriez en composer ? (peut-être pour l’être aimé ?) Ou avez-vous tout simplement envie de vous amuser, seul, entre amis ou collègues* ?

Quel que soit votre cas, voici un lien de générateur automatique de différentes sortes de poèmes bien amusant :

http://www.unpeudamour.com/index.php

*entre collègues... Mais bien évidemment pas sur votre lieu de travail, car, tout comme moi, vous travaillez beaucoup, ÉNORMÉMENT, n'est-ce pas ??!!! :-)

L'âme du vin

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :
« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

J’allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L’huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! »


Charles Baudelaire
(poème extrait du recueil Les fleurs du mal paru en 1857, augmenté en 1861, édition définitive et posthume en 1868 ; disponible chez divers éditeurs)

lundi 8 janvier 2007

The Goo Goo Dolls


Peu connus en France, immenses stars dans leur pays, les Goo Goo Dolls méritent votre attention.

Ce groupe, originaire de Buffalo (état de New-York, Etats-Unis d’Amérique), dont le nom provient d’une histoire parue dans le magazine True Detective, est formé en 1985 par le chanteur et guitariste John Rzeznik, le bassiste Robby Takac et le batteur George Tutuska, remplacé par Mike Malinin en 1995. Cela fait donc plus de vingt ans que The Goo Goo Dolls existent !

C’est en 1991, grâce à la Bande Originale du Film « La fin de Freddy : l’ultime cauchemar » (« Freddy’s dead : the final nightmare ») sur laquelle figurent trois de leurs compositions, que je les ai entendus pour la première fois. Après les avoir quelque peu perdus de vue, c’est en 1998 que je les redécouvre grâce à Francis Zégut (et oui, encore Zézé !) qui passe alors largement des extraits de leur album de l’époque, et notamment le titre « Iris », également présent sur la B.O.F. « La cité des anges » (« City of Angels »), qui est rapidement devenu un tube international. Malheureusement, hormis cette chanson, les autres superbes compositions du groupe restent très peu diffusées en France.

Plutôt brute de décoffrage à leur début –du hard-rock mâtiné de punk–, la musique des Goo Goo Dolls évolue ensuite vers un style purement rock, de plus en plus fréquemment teinté de pop, de plus en plus subtile et mélodieux, avec d’inévitables, mais irrésistibles ballades.

A ce jour, le groupe a sorti un live, une compilation et huit albums studios, le dernier en avril 2006, « Let love in », dont la photographie de la pochette illustre cet article.

Si vous ne les connaissez pas et que vous avez envie à votre tour de les découvrir, précipitez-vous sans hésiter sur « Dizzy up the girl », leur sixième opus paru en 1998, l’incontournable de leur carrière.

Pour avoir un bel aperçu du style très énergique de leurs premiers albums, sans tous devoir les acheter, et de l’évolution qui suivit, leur compilation « What I learned about ego, opinion, art & commerce » est parfaite pour cela. Précision : il s’agit d’une rétrospective chronologique de leurs six premiers albums, ce n’est pas un best-of ; d’ailleurs, aucun de leurs grands succès radio n’y figurent.

Enfin, sachez qu’un fabuleux DVD du groupe en concert, « Live in Buffalo : July 4th 2004 », existe également (aussi disponible en CD), histoire de voir ce qu’ils donnent sur scène et de faire plaisir à votre téléviseur ainsi qu’à votre système home cinéma. A noter que le groupe reprend durant ce concert la chanson « Give a little bit » de Supertramp, reprise qui figure aussi sur leur dernier album en date.

Un conseil : la disponibilité en France des albums des Goo Goo Dolls n’est que très rarement immédiate. Soyez donc patients avec votre disquaire… Ou commandez-les directement sur un site U.S. !

Plus d’infos sur le site officiel du groupe :
http://www.googoodolls.com/
(vous y retrouverez notamment quasiment tous leurs clips dans la rubrique « music »)

samedi 6 janvier 2007

Nouveau vocabulaire de l'informatique

Voici une sélection de quelques croustillantes recommandations de la Commission Générale de Terminologie et de Néologie (organisme administratif français, placé auprès du premier Ministre, dont la mission est de contribuer à l’enrichissement de la langue française) concernant le nouveau vocabulaire de l’informatique à employer :




pavé tactile
Domaine : Informatique.
Définition : Dispositif de pointage et de naviguation, qui comporte une surface plane sur laquelle on déplace le doigt.
Équivalent étranger : touch pad, track pad.

Source : Journal Officiel du 3 janvier 2007

poste à poste, loc.inv.
Domaine : Informatique.
Synonyme : pair à pair, loc.inv.
Définition : Se dit du mode d’utilisation d’un réseau dans lequel chaque utilisateur est en mesure de mettre certaines ressources de son ordinateur à la disposition des autres.
Note : Chaque ordinateur peut faire office de serveur.
Équivalent étranger : peer-to-peer (P2P, P-to-P).

pair à pair, loc.inv.
Domaine : Informatique.
Voir : poste à poste.

Source : Journal Officiel du 13 mai 2006

dialogue en ligne
Forme abrégée : dialogue, n.m.
Domaine : Informatique-Télécommunications/Internet.
Définition : Conversation entre plusieurs personnes connectées en même temps à un réseau, qui échangent des messages s’affichant en temps réel sur leur écran.
Équivalent étranger : chat.
Attention : Cette publication annule et remplace celle du terme « causette » au Journal officiel du 16 mars 1999.

Source : Journal Officiel du 5 avril 2006

diffusion pour baladeur
Domaine : Audiovisuel-Télécommunications/Internet.
Définition : Mode de diffusion sur l’internet de fichiers audio ou vidéo qui sont téléchargés à l’aide de logiciels spécifiques afin d’être transférés et lus sur un baladeur numérique.
Note : Au Québec, on emploie le terme « baladodiffusion ».
Équivalent étranger : podcasting.

Source : Journal Officiel du 25 mars 2006

filoutage, n.m.
Domaine : Informatique/Internet.
Définition : Technique de fraude visant à obtenir des informations confidentielles, telles que des mots de passe ou des numéros de cartes de crédit, au moyen de messages ou de sites usurpant l’identité d’institutions financières ou d’entreprises commerciales.
Note : Le terme « hameçonnage » est aussi en usage.
Équivalent étranger : phishing.

Source : Journal officiel du 12 février 2006

fenêtre intruse
Forme abrégée : intruse, n.f.
Domaine : Informatique/Internet.
Définition : Fenêtre qui s’affiche soudainement à l’écran sans que l’utilisateur en ait fait la demande.
Équivalent étranger : pop-up, pop-up window.

Source: Journal Officiel du 18 décembre 2005

bloc-notes, n.m.
Forme abrégée : bloc, n.m.
Domaine : Informatique/Internet.
Définition : Site sur la toile, souvent personnel, présentant en ordre chronologique de courts articles ou notes, généralement accompagnés de liens vers d’autres sites.
Note : La publication de ces notes est généralement facilitée par l’emploi d’un logiciel spécialisé qui met en forme le texte et les illustrations, construit des archives, offre des moyens de recherche et accueille les commentaires d’autres internautes.
Équivalent étranger : blog, web log, weblog.

Source : Journal Officiel du 20 mai 2005

arrosage n. m.
Domaine : Informatique/Internet.
Définition : Envoi d’un même message électronique à un très grand nombre de destinataires au risque de les importuner.
Note : Un exemple est l’envoi de messages publicitaires.
Équivalent étranger : spamming.

Source : Journal Officiel du 1 septembre 2000

fouineur n. m.
Domaine : Informatique/Internet.
Définition : Personne passionnée d’informatique qui, par jeu, curiosité, défi personnel ou par souci de notoriété, sonde, au hasard plutôt qu’à l’aide de manuels techniques, les possibilités matérielles et logicielles des systèmes informatiques afin de pouvoir éventuellement s’y immiscer (Source : Office de la langue française du Québec)
Voir aussi : pirate.
Équivalent étranger : hacker.

frimousse n. f. fam.
Domaine : Informatique/Internet.
Définition : Dans un message, association facétieuse de quelques caractères typographiques qui évoquent un visage expressif.
Note : 1. Les deux frimousses les plus connues sont : - ) pour la bonne humeur et : - ( pour le dépit, où les deux points représentent les yeux, le trait représente le nez et les parenthèses la bouche.
2. Le terme « binette » est recommandé au Québec. « Frimousse » doit être préféré à « binette ».
Équivalent étranger : emoticon, smiley.

pirate n. m.
Domaine : Informatique/Internet.
Définition : Personne qui contourne ou détruit les protections d’un logiciel, d’un ordinateur ou d’un réseau informatique.
Équivalent étranger : cracker.

Source : Journal Officiel du 16 mars 1999




Tous ces avis d’emploi et d’usage de termes francisés peuvent évidemment prêter à sourire. Mais, rien qu’à considérer le domaine de l’informatique (la Commission Générale de Terminologie et de Néologie traitant du vocabulaire français dans son ensemble et pas uniquement de celui du domaine de l’informatique et de l’Internet), de nombreux vocables, autrefois préconisés par cet organisme, sont aujourd’hui passés dans le langage courant à la place de leurs équivalents étrangers (par exemple « administrateur de site, de serveur » à la place de « webmaster », « courriel » en remplacement de « e-mail » ou « electronic mail », « fenêtre » et non plus « window », « forum » au lieu de « newsgroup », . »logiciel de navigation » pour « browser », « page d’accueil » pour « home page », « pare-feu » ou « barrière de sécurité » pour « firewall », « toile mondiale » pour « World Wide Web », etc.).

Pas si futile qu’elle pourrait en avoir l’air, cette commission…

Rien que pour Mesdemoiselles les "2 trognons"


©QUIKSILVER.COM

vendredi 5 janvier 2007

Juste pour le plaisir


©ASPWORLDTOUR.COM/KAREN

Photo de Kelly Slater, prise le 21 avril 2006 durant le Rip Curl Pro de Bells Beach en Australie, deuxième épreuve du championnat du monde WCT 2006 qu’il a remporté pour la troisième fois, battant en finale Joel Parkinson. Cette victoire intervenait un mois après celle du Quiksilver Pro de Gold Coast, toujours en Australie, la première manche de la saison, et neuf ans après sa dernière victoire à Bells (1997).

Kelly Slater : 8 fois champion du monde de surf !


Nom : Slater
Prénom :Kelly
Surnom : Slats, Hell
Date de naissance : 11 février 1972 (34 ans, comme moi !)
Lieu de naissance : Cocoa Beach, Floride (Etats-Unis)
Taille : 1m79 (tiens, encore comme moi !)
Poids : 74 kg (ce n’est pas possible, toujours comme moi ! Mais c’est mon frère !!!)
Principaux sports pratiqués : surf en professionnel, golf en amateur
Nombre d’années sur le circuit WCT* : 12
Titres de champion du monde de surf : 8 (1992 – 1994 – 1995 – 1996 – 1997 – 1998 – 2005 – 2006)
Victoires en WCT* : 33

C’est en octobre dernier, sur la vague de Mundaka, au Pays-Basque espagnol, lors du Billabong Pro, antépénultième étape du WCT* 2006, que Kelly Slater a remporté le huitième titre mondial de sa carrière ! Un record ! Plus jeune champion du monde en 1992, il est aujourd’hui également le plus vieux ! Douze ans de présence sur le circuit et toujours au top ! Slater reste le maître incontesté de la discipline, le plus grand surfeur de tous les temps.

Première étape du WCT* 2007 : le Quiksilver Pro, du 27 février au 11 mars sur la Gold Coast en Australie.

(*World Cup Tour : championnat du monde de surf regroupant les 44 meilleurs surfeurs du monde, comportant une série de 11 épreuves pour les hommes, 8 pour les femmes, réparties sur l’ensemble du globe et organisé par l’ASP, l’Association des Surfeurs Professionnels)

mercredi 3 janvier 2007

Reformation et nouvel album de Pavlov's Dog


Connaissez-vous Pavlov’s Dog ? Non, je ne parle pas de la théorie du chien de Pavlov du physiologiste et médecin russe Ivan Petrovitch Pavlov (1849-1936) qui consiste, pour résumer et faire simple, à expérimenter et démonter que les chiens ont des réflexes conditionnels, régis par des liaisons nerveuses, qu’il est possible de transformer, par exemple la salive : un chien salive avant d’entrer réellement en contact avec des aliments. Ainsi, en modifiant régulièrement le stimuli de la vue d’un aliment par celui du son d’une cloche, un chien saura que le tintement de cette dernière signifiera l’heure du repas et salivera tout autant. Un chien peut donc apprendre de nouveaux comportements.

De là, Pavlov a étendu ses recherches à la psychologie humaine affirmant qu’elle est régie par les mêmes lois que la psychologie animale, dont elle se distingue cependant par la création d’un second système de signalisation (le langage et les concepts) se superposant au système de signalisation sensoriel. L’action humaine peut ainsi être considérée comme une réaction face à un stimuli extérieur. Utiliser de manière judicieuse la punition et la récompense afin de modeler et former le comportement des enfants ou créer (par une musique, un slogan, un scénario) une nécessité hallucinatoire et inutile pour la publicité sont bien des preuves de la réalité de la théorie de pavlov. Vous avez suivi ?

Pour en revenir à Pavlov’s Dog, il s’agit d’un groupe de musiciens américains, de la région de Saint-Louis dans le Missouri, ayant fourbi ses armes dans les années 70. Leur musique –du rock plutôt progressif–, combinaison harmonieuse de guitares, claviers et violons, est tout bonnement merveilleuse ; quant à la voix haut perchée du chanteur, David Surkamp (un peu du Jeff Buckley avant l’heure), elle est simplement sublime.

Durant leur courte carrière, les Pavlov’s Dog ont publié quatre albums studio :
-Pampered Menial en 1975 avec les légendaires titres « Julia » et « Theme from subway sue »,
-At the Sound of the Bell en 1976 avec deux autres bijoux, « She came shining » et « Valkerie »,
-The St. Louis Hounds en 1977, réédité depuis sous le nom Third ou The great lost third (selon les éditions), avec la participation de Steely Dan,
-Lost in America en 1990 avec seulement deux des membres originels du groupe.

Depuis 1977, véritable date de la séparation du groupe, David Surkamp a vaguement tenté une carrière solo. Et puis en 2004, à Saint-louis, pour commémorer leur trentième anniversaire,le line-up original du groupe –David Surkamp (guitare et chant), Steve Scorfina (guitare), David Hamilton (claviers), Douglas Rayburn (claviers), Rick Stockton (basse) et Mike Safron (batterie et percussions) – s’est réuni pour reformer Pavlov’s Dog. S’en est suivi, en 2005 et 2006, une tournée de nombreuses dates en Europe et aux Etats-Unis. Mieux : leur concert du 10 juin dernier donné lors du Arrow Rock Festival à Lichtenvoorde (Pays-Bas), a été enregistré et sera disponible au printemps prochain. Il s’appellera Dancing On The Edge Of A Teacup. Ce n’est pas beau tout ça ?

Avec les reformations et tournées de Genesis à l’été prochain, de The Police au printemps qui arrive, de Téléphone il y a quelques semaines pour l’émission Taratata de Nagui et des Pink Floyd pour le Live 8 de 2005, il s’en passe d’agréables choses pour ces groupes mythiques et, surtout, pour des fans comme moi ! Ne manquerait plus qu’une reformation de Supertramp avec Roger Hodgson !

Si l’envie vous prend de vous procurer l’un ou l’autre des albums de Pavlov’s Dog, sachez qu’il n’est pas aisé de les trouver dans le commerce. Faites plutôt un tour du côté d’Alain Ternet. A savoir également : si les leurs premiers albums sont de véritables bijoux, les deux suivants sont plutôt réservés aux adeptes purs et durs du groupe, car franchement moins intéressants.

Site officiel de Pavlov’s Dog :
http://pavlovsdogband.tripod.com/
Site officiel de David Surkamp : http://www.surkamp.com/ (le cédé live du groupe peut déjà y être commandé et livré avant sa sortie officielle !)

Francis Zégut


Lorsque j’étais minot, j’écoutais la musique que mes parents écoutaient (et écoutent toujours !) : Adamo, Joe Dassin, Claude François, Mike Brant, etc., bref, que du trash ! La radio était souvent branchée sur RTL, alors je me branchais sur RTL.

C’est ainsi qu’un soir, tout juste adolescent, sous les couvertures de mon lit, le casque du baladeur radiocassette sur les oreilles (une bien belle invention, toute nouvelle à cette époque, qui permettait d’écouter de la musique sans que les parents n’entendent, quant il était interdit de veiller tard et qu’il fallait se coucher tôt), je suis tombé sur Francis Zégut qui balançait des sons nouveaux pour moi : The Cure, Fleetwood Mac, Jimi Hendrix, Pink Floyd, The Rolling Stones, The Who et tellement d’autres grands artistes de la musique. C’était également le temps de son déjanté Wango Tango, l’émission des sculpteurs de menhirs, aujourd’hui mythique, où j’ai découvert AC/DC, Black Sabbath, Alice Cooper, Deep Purple, Iron Maiden, Led Zeppelin et tant d’autres groupes métalleux. Toute ma culture rock, c’est à Monsieur Zégut, « Tonton Zézé » que je la dois.

Depuis, je n’ai jamais cessé de l’écouter, de continuer à découvrir de bien belles choses musicales, de Couleurs à Plug-in, en passant par les fameux coin-coin et bonsooooooooooiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, de Zikweb (autre émission mythique qui m’avait alors donné envie de m’acheter un ordinateur pour me connecter à l’Internet) à aujourd’hui Pop Rock Station. Et c’est une fois de plus à lui que je dois l’envie de créer ce blog (le sien figure dans mes liens).

Francis Zégut : plein de découvertes, rien que de bons souvenirs passés, présents et à venir pour très longtemps encore.

Retrouvez tous les soirs de 21h00 à midnight, du lundi au vendredi sur RTL2, son émission Pop Rock Station (
http://www.rtl2.fr/emissions/pop-rock-station.asp). Avec Tom « Gnouky » et Mayday.

Bonne bourre !

mardi 2 janvier 2007

Enivrez-vous

Il faut toujours être ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.
Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

Charles Baudelaire
(poème paru le 7 février 1864 dans Le Figaro, disponible chez divers éditeurs dans le recueil Le Spleen de Paris / Petits Poèmes en Prose)

2007 : année chargée !


J'ai été gâté pour Noël : je sens que je vais être très occupé durant cette nouvelle année !

lundi 1 janvier 2007

Scandale mélancolique


Le DVD du « scandale mélancolique tour » d’Hubert-Félix Thiéfaine, enregistré le 17 novembre 2006 au Zénith de Paris lors du dernier concert de la tournée, sera dans les bacs dès le lundi 5 février prochain. Il sera disponible en édition simple et en édition collector. A cette même date sortira également la version CD de ce concert. Tracklist de ce DVD et de ce CD : bientôt sur ce blog.

2007 : l'année The Cure !


Le nouveau cédé de Robert Smith et sa bande devrait sortir au mois de mai prochain. 33 titres ont été composés et sont en cours de finalisation. Ce nouvel opus du groupe sera fort probablement un double album, de la même veine que « Kiss me kiss me kiss me » paru en 1987, à savoir une sorte de somme de tous les styles musicaux qui caractérisent le groupe. Dès que j’en sais plus, je vous blogge.

Présentation

Vous avez envie de vous enfuir de l’hôpital psychiatrique pour dire et montrer votre psychopathie au reste du monde ? Faites-le !
Vous avez envie de devenir médecin légiste ? Faites-le !
Vous avez envie de monter un atelier de taxidermie avec des peaux humaines ? Faites-le !
Vous avez envie de passer votre permis de tueur en série et de revendeur de crack ? Faites-le !

Moi, l’envie m’a prise de créer un blog et je l’ai fait ! Si la curiosité est votre appétit, la connaissance votre soif, je vous invite à régulièrement venir y faire un tour et partager vos commentaires (dans un cadre courtois et de respect mutuel, cela va bien évidemment de soi). J’essayerais d’y ajouter au moins un nouvel article par semaine. Je vous parlerai de ce que j’aime, à savoir d’art de vivre, de surf, de littérature et, bien sûr, de musique par le truchement de coups de cœur, de souvenirs, de liens Internet et autres nouveautés.

Le futur est déjà dans l’imaginaire. Vivez.